#61 composition jour 7
Articles Blog

#61 composition jour 7

October 14, 2019


Amis photographes, bonjour ! Aujourd’hui, c’est l’avant-dernier jour
de la semaine spéciale 1er anniversaire de cette chaîne pendant laquelle je vous ai
présenté chaque jour une vidéo différente qui reprenait les idées essentielles des
chapitres de l’ebook cadeau sur la composition photographique, de 200 pages, 18 chapitres
et 391 photos que je vous offre gratuitement ! N’oubliez pas que pour réserver votre exemplaire,
si vous ne l’avez pas encore fait, vous n’avez plus qu’aujourd’hui ou demain
pour vous inscrire sur la liste prévue à cet effet, en cliquant sur le lien qui s’affiche
ou celui qui figure dans la description de cette vidéo. Les chapitres présentés aujourd’hui concernent
la profondeur de vos images. Pour donner de la profondeur à vos images,
3 moyens principaux vous sont accessibles immédiatement :
La perspective La succession de plans
La profondeur de champ. Vous savez que le problème, pour un photographe,
comme pour un peintre d’ailleurs, c’est de transcrire une réalité en trois dimensions
sur une feuille de papier qui n’en comporte que deux. Ce problème a été résolu par les peintres
du Quattrocento qui ont inventé la perspective. La perspective est créée par deux ou plusieurs
lignes diagonales qui se rejoignent en un point que l’on appelle le « point de fuite
», et dont l’exemple le plus classique est celui des rails de chemin de fer qui semblent
se rejoindre, alors qu‘étant parallèles, elles ne le devraient pas. En géométrie Euclidienne en tout cas, mais
ceci est un autre débat ! Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’insister
sur ce point : tout photographe connaît ce principe et l’applique, même inconsciemment,
comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir. Une chose cependant : plus la perspective
mène le regard au loin, plus elle est efficace. Le deuxième moyen, c’est d’incorporer
différents plans sur son image. Ces plans peuvent se différencier de différentes
manières, mais principalement par un dégradé de tons ou de teintes. Le premier plan doit retenir toute votre attention,
car il a une importance capitale pour la lecture de votre image. Il y a tout un processus à mettre en œuvre. Il faut d’abord décider si vous souhaitez
en incorporer un ou non. Si c’est oui, il faut le trouver (ou le
créer s’il n’existe pas), il faut ensuite le positionner : bougez en 3D, il faut déterminer
la surface qu’il doit occuper sur l’image, et enfin choisir le point de netteté et doser
les zones de flou. En tout cas, quand c’est possible : je dis
ça parce qu’avec un objectif grand angle, comme celui d’un Smartphone par exemple,
c’est forcément beaucoup plus difficile… La zone de flou est importante !
Regardez cette photo. Lorsqu’on choisit de flouter le premier
plan, comme ici avec des marguerites, l’œil comprend immédiatement qu’il y a plusieurs
plans et se dirige directement sur le point d’intérêt (ici les mariés). Par contre, si le premier plan est net ou
très peu flouté, le cheminement de l’œil est plus long : il passe successivement du
1er au 2ème plan, puis du 2ème au 3ème , etc. Dans ce cas, on dit que le premier plan est
la porte d’entrée de la photo, car c’est lui qui est vu en premier. Si vous décidez que le premier plan doit
être net, vous devez alors déterminer quoi faire des plans suivants les flouter ou non
? Et si oui, d’une manière importante ou non ? C’est ce qu’on appelle régler la profondeur
de champ. Si tous les plans sont nets, l’œil circule
librement sur toute la surface de l’image. A condition, bien sur, que le premier plan
n’occupe pas une place trop invasive sur la photo. Mais le photographe peut décider d’avoir
un premier plan net, et le reste de l’image flou. Dans ce cas, le point d’intérêt est clairement
désigné, et l’œil ne s’intéresse au reste de l’image qu’en fonction de la
dose de flou derrière le sujet voulue par le photographe : un peu flou, le spectateur
regarde ce qui se passe au-delà du 1er plan, complètement flou, il l’ignore complètement,
puisque par définition, il n’y a rien à voir ! Encore un dernier mot concernant la profondeur
de champ. Vous savez que la profondeur de champ correspond
à la distance entre la zone de netteté devant et derrière le sujet. On parle de faible profondeur de champ quand
cet écart est très resserré, c’est à dire que la zone de netteté autour du sujet
est très réduite, et de grande profondeur de champ quand cette zone est très large. Cette zone peut se régler de différentes
façons, les plus connues étant le réglage du diaphragme et l’utilisation d’une focale
adaptée au rendu souhaité par le photographe : diaphragme fermé et grand-angle pour une
très grande profondeur de champ, diaphragme ouvert et longue focale pour une profondeur
de champ réduite. Mais on oublie trop souvent deux autres méthodes
que l’on est bien forcé de connaître quand on n’a pas le matériel adapté sur place
ou des possibilités de réglages idéales. La première, c’est de positionner le sujet
le plus près ou le plus loin possible du fond. La deuxième c’est de vous approcher ou
de vous reculer vous-même par rapport au sujet. Pour aller aux extrêmes, plus le sujet sera
près du fond et vous loin du sujet, plus la profondeur de champ sera grande. A contrario, plus le sujet sera loin du fond
et vous proche du sujet, plus la profondeur de champ sera réduite. Je vous encourage vivement à vous entraîner
à travailler sur la profondeur de champ, car c’est un outil de composition très
puissant que tout photographe doit absolument maîtriser. Le choix de la profondeur de champ est même
la plupart du temps le premier critère de réglage d’exposition : priorité à l’ouverture
! Et vous avez compris qu’en combinant les
quatre leviers (distance sujet fond, distance appareil-sujet, ouverture du diaphragme et
choix de la focale), les possibilités sont infinies ! Voilà, je crois avoir rempli mon contrat
pour aujourd’hui. Mais si vous voulez en savoir plus, vous savez
que tout ceci est beaucoup plus détaillé dans l’ebook que je vous offre à l’occasion
du 1er anniversaire de cette chaîne. N’oubliez pas donc, que pour le recevoir,
vous devez réserver votre exemplaire. Si ce n’est pas déjà fait, inscrivez-vous
sur la liste prévue à cet effet : pour ce faire, il suffit de cliquer sur le lien qui
s’affiche ou celui qui figure dans la description de cette vidéo. Mais attention : vous n’avez plus qu’aujourd’hui
ou demain pour cela. Alors n’attendez plus ! Allez, on se retrouve demain sur cette même
chaîne pour conclure cette semaine un peu spéciale, une grande première pour moi en
tout cas ! Alors à demain pour la dernière vidéo de
cette série !

Only registered users can comment.

  1. on peux aussi flouter une photo avec logiciel apres prise de la photo!!! moins naturel !merci pour tourtes ces explications , hate d avoir l' E-BOOK pour en apprendre encore plus

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *