Vers la vraie démocratie – Partie 1 – La Constitution
Articles Blog

Vers la vraie démocratie – Partie 1 – La Constitution

October 1, 2019


This is a set of individuals in their natural state. In this situation, only the rule of the fittest prevails. These individuals discover quickly that to resist to arbitrary law, there’s strength in numbers and unite. They then establish a society, to become a people and create around them a rule of law that will protect them from arbitrary measures. To handle this law, the people nominate a representative, who they fully trust, and to whom they give full power to protect the people. And, in truth, this representative will accomplish his mission, but, since their are no counter-powers to oppose him, he will end up abusing of his power and will start producing a law increasingly unfair. The people then realise that law has become oppression, when it was supposed to protect. The people therefore logically choose to change their system of representation. They nominate this time more representatives and no longer only one, so that none can take power for himself. But these representatives end up uniting, abuse of their power, and agree to produce a law that now follows only the interest of a given few. The people recognise once more that the law, in such a form, is once more unfair and rejects his representatives. The people nominate others, and injustice happens once more, and again, and again, and again… Until the people decide that it’s enough. To understand this mechanism, there needs to be an understanding of law management. Law management is done by people who write laws, by people who apply & enforce law, and judges who interpret them. These people are professionals and like all professionals, their interest remains in the keeping of their professional activity and therefore of their income. For this, it is important for them to have the means to secure their activity. Furthermore, it is a fact that power will grow until it finds a limit. If there are no limits, power will keep on growing and abusing. The question is then: “How to make law become fair ?” “What limits must be set to stop power abuse ?” The solution should be that the people control law management, so as to acquire a guarantee that the law will not become unfair. To achieve this, you need a legal framework. The people then decide to add a new entity, a rule, that will protect them by controlling law. This rule is the constitution. The people, who regain confidence in the rule of law, nominate once more representatives, and ask them to create a constitution, before returning to law management. Isn’t it a mistake ? If the people have a claim to submit to the law, how do they do it ? Since there are no links to influence the law, the people have no other choice, to express themselves, but to launch petitions, to protest in the streets or even to strike. But do these claims have any impact at all ? The law just needs not to take it into account for it all to be pointless. The people are once more in front of an unfair law and injustice. But how can the law still be unfair when there is a constitution that is supposed to protect the people ? And where does this feeling of impotence that the people feel in regards to the fights they pick up and end up not influencing anything ? This construction seems quite unbalanced: the people are powerless and law management works in a closed loop, as if the constitution didn’t even exist. But precisely, what is the constitution supposed to do? The constitution is there to protect the people for abuse of power and injustice in the law. To achieve this, it limits the power of the law. And to limit the power of the law, you need to limit the activity of those who manage the law and even revoke them if necessary. However, for those in power, their interest is solely to protect their activity. It is clear that there is a discrepancy between the greater good on one side and the interests of the representatives of the people on the other side. The people can not ask of its’ representatives, who do not want limits nor constraints, to write a constitution that is suppose to compel them. There is a CONFLICT OF INTEREST: these representatives will not write the rules that will compel them in any way, so they’ll write the powerlessness of the people to protect their own power. But if those who represent the people cannot and must not write the constitution, who will ? Who could write the constitution so that it follows the greater good ? Who doesn’t desire power and is selfless enough to write the rules ? Who wouldn’t wish to govern? Let’s try from a different angle. Who, other than the people, has an interest in the constitution being efficient? That’s right, the people must not ask of its representatives to write the constitution. The people must write the constitution themselves, for their own interest. Once the people take control of their constitution, everything balances out: law rules the people (that’s what was agreed to), the constitution compels the law and the people remain in control of the constitution. So to summarise the principles at work: first, to avoid arbitrary situations, the people submit to law; this law needs limits otherwise it becomes unfair, therefore, to achieve protection from abuse of power and injustice, the people submit the law to the power of the constitution; and finally, to close the loop, because it is in the interest of the people that the constitution protects the people, the people must write and take control of the constitution. To you who have been listening, you have certainly learned [in your past], as I have that the constitution is the organisation of powers and how they are separated. It is which voting system is used, the effect of ballots on the power, what kind of voting system is used for what type of election, etc. Who knows what else? In effect, it is all that, and don’t be mistaken: it is it’s purpose. But what should have been taught to you; and to me as well, was its purpose. The purpose of a constitution is not only to organise powers, it is more importantly limiting the exercise of power. I would even say it’s the control of the exercise of power, in order to guarantee the people’s protection against abuse of power and to insure that the people never get their sovereignty trampled. So remember, it’s very important, it’s for the people to write their constitution and this under all circumstances. The constitution is not only what the professionals want it to be, that is how power is organised, but it is especially the people’s shield against abuse of power. Subtitles by the Amara.org community

Only registered users can comment.

  1. Tiens, Chouard se rapproche de la théorie des choix publics… http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_choix_publics
    Encore un peu et il va finir anarchiste.

  2. dans bcp de Pays c"est le peuple qui est absent, et ne s"occupe pas d"ecrire sa Constitution..un vrais Pblm…

  3. très instructif et qui explique aussi les ajustement que se font à eux même nos cher représentant (toujours à leur avantage) !

  4. Intéressant, mais est-ce qu'une constitution est suffisante? Un court texte peut donner des balises intéressantes, mais peut-il à lui seul empêcher qu'un retour à un système inéquitable survienne?

    Votre vidéo fait mention d'un certain va-et-vient entre arrangements jugés équitables ou inéquitables. On peut bien sur attribuer cela au droit et à la politique, mais pourquoi le droit devient équitable ou inéquitable à un moment ou un autre? Pourquoi parmi les élus ne s'en trouvent-ils pas pour accorder au peuple (puisqu'en théorie ils proviennent de celui-ci) le mandat d'écrire une constitution? Vous ne mentionnez pas cette possibilité, seulement la possibilité que les politiciens se chargent d'écrire la constitution. Pourtant cela serait possible en théorie. Si cela n'arrive pas c'est que le peuple n'est pas uniforme, les politiciens ne sont pas uniquement déformés par l'exercice du pouvoir, il y a autre chose en amont avant même qu'ils y entrent. En plus de la distinction peuple vs droit, la distinction dans le peuple entre travailleurs et capitalistes (elle aussi incomplète, mais assez révélatrice) me semble utile. Les écarts de richesse entre riches et pauvres sont aussi des écarts de richesse entre masses des travailleurs (et quelques petits patrons) et capitalistes (ainsi que quelques rares travailleurs riches…) ayant acquis plus de pouvoir que la masse des travailleurs. Ils sont plus en mesure d'influencer voir de contrôler la politique, et donc, la politique va principalement à leur avantage.

    Et donc le va-et-vient entre société plus équitable et société moins équitable, entre sociale-démocratie et néolibéralisme, est aussi quelque chose qui fait l'affaire des capitalistes. À la base ceux-ci veulent faire pression sur les travailleurs pour réduire leurs coûts en salaires et impôts et augmenter leurs profits… puis il faut rétablir le pouvoir d'achat des travailleurs pour qu'ils puissent consommer, sinon il n'y aura pas de profit. Et quand les travailleurs sont trop puissants et que ça endommage la marge de manœuvre des capitalistes, on est repartis pour un tour de néolibéralisme. Pour que le peuple prenne en main sa constitution, il faudrait que cesse l'influence d'une minorité puissante, et pour que celle-ci cesse, il faudrait que la démocratie s'applique aussi au travail là ou la richesse est crée (entre autres).

  5. Super video !
    J'aurais juste une remarque d’ordre technique , il faudrait revoir les titres de chapitre, il casse le rythme de la vidéo , peut être ils seraient mieux en incrustation et sans musique, ou moins forte.
    Merci et continuons à propager le virus démocratique.

  6. Complètement idéologique. Vous partez de l'Etat comme résultant d'un consensus,  ce qui est une erreur historique qui en masque la nature originellement guerrière, pillarde  et esclavagiste.
    Ce que confirme votre hypothèse de départ, posée non comme simple hypothèse mais comme réalité historique : celle d'un "état de nature où règne la loi du plus fort."  C'est ramener la réflexion sur la société  trois siècles en arrière. On  pourrait vous objecter avec Kropotkine que sans entraide l'humanité n'aurait pas survécu. Les sociétés où règne l' entraide sont très antérieures aux sociétés étatiques vers lesquelles elles ne mènent en vertu d'aucune "loi" évolutionniste naturelle.
    Résultat : vous ne dépassez pas le stade d'un juridisme idéaliste qui ne tient aucun compte  de l'histoire des sociétés et de leur composition réelle, et, quant à une "volonté de changement" qui viendrait du "peuple" et qui serait autre chose qu'une velléité, de la lutte que le passage à une démocratie vraie implique, compte tenu de la capacité d'obstruction et de répression des forces adverses.

  7. Les démocraties en action
    http://www.dailymotion.com/video/x17uxth_propagande-de-guerre-et-democratie_news

  8. En 1982, le juge Kierans a 'facilité' le rapatriement de la constitution de Trudeau malgré qu'elle servait notamment à retirer des pouvoirs des provinces pour les concentrer au fédéral. Kierans a donc bafoué la distance entre le législatif et la justice et la population a été flouée, ce qui rejoint l'information de la vidéo.

  9. Assemblée constituante, Constitution québécoise pour et par les québécois et surtout Démocratie directe sont la solution au marasme de fausse démocratie que nous subissons présentement au Québec.

  10. Peut être faudrait il arrêter de penser que le peuple est une entité débile et prête à tout pour leur assurér son petit confort!!! Que seul 1 poignée d élus a la capacité de nous diriger!
    Parmis le peuple français il doit bien y avoir des personnes qui pensent au bien commun en respectant les lois ,,? Non?

  11. Ca c'est la loie maritime et une corporation… comme tout le reste… Le canada est une corporation….Changer le canada et le reste du canada ine democratie et non une corporation comme la cour…

  12. A l'heure d'internet c'est nous TOUS qui devrions pouvoir voter et proposer les lois et non pas une minorité en notre nom! Et il y aurait une vraie information et formation des devoirs et des pouvoirs citoyen à l'école (et non pas un faux-semblant) pour que nous ne soyons pas simples spectateurs ignares mais acteurs conscient de la politique. Ainsi on arrêterait de restreindre toujours plus le nombre d'individus supposés représenter le peuple, on l'engloberait tout simplement à la population entière qui deviendrait alors enfin, véritablement responsable de son avenir.

  13. le probleme de se monde c'est qui faut remettre les mots a endroit taxe sociale charge sociale démocratie tous nos mots on était inverser a leur contraire comme koi moi je sais pas bien écrire mes les intello d'aujourd'hui se pense malin alors qui ne se rende pas conte que le seul vocabulaire qui utilise c'est le vocabulaire de leur maitres et dans cette situation impossible de s'affranchire comme dirait bernard friot se qui nous faut c'est une vrais démocratie pas la fausse qu'on a actuellement tu peut faire la constitution que tu veut sa servirat a rient .

  14. C'est bien beau tout ça mais quand on connait les liens de Etienne Chouard avec l'extrême droite conspirationiste on se rend vite compte que toutes ces vidéos qui circulent sur la "vraie démocratie" sur les réseaux sociaux sont de la pure manipulation Tout comme ce fameux "mouvement du 14 juillet", qui se présentait un peu sous la même forme et qui au final a résulté être une réunion de toute la fachosphère française

  15. C'est bien beau tout cela… Mais la proposition presente le peuple et l'etat comme un bloc monolithique oppose l'un et l'autre, ce qui est hautement demagogique… rien n'est plus faux.

    L'etat est un maelstrom de partis aux propositions opposees qui naviguent en respectant les premisses d'une constitution, sans vraiment en changer les regles. Si un parti tente d'en modifier le contenu, alors le peuple a le pouvoir d'enlever l'Exercice de ce meme pouvoir sur les premisses de cette meme constitution. Sous cet aspect, la proposition democratique tel que pratique dans les pays occidentaux est l'un des meilleurs compromis auquel ont peut arriver.

    Dans le meme ordre d'idees, le "peuple" n'est rien d'autres que des millions de citoyens ayant chacuns leurs systeme morale et leurs demandes. En rien le "peuple" ne pourrait en arriver a un consensus sans qu'un groupuscule tente de tirer la couverture de son cote… releguant du meme coup dette belle ideologie au rang de bouillie pour les chats car repetant totalement ce que tente d'evacuer ce video.

    Resultat, on a ici un bel exercice de pensee rationnel, mais qui brouille les cartes des le debut en cimentant les tenants et aboutissants de ses constituantes dans un paradygme un peu enfantin qui ne tient absolument pas compte de l'humanite la sous-tendant.

  16. Je ne suis pas d'accord.

    La force d'un groupe se trouve dans son hétérogénéité de compétences. Cela permet de satisfaire à toutes les situations. Chaque problème trouvera dans le groupe un expert pour le résoudre. Il en va de même pour rédiger la liste des règles qui régissent la vie du groupe (la constitution). Or, dans ce cas-là, la désignation ou la formation d'expert, seuls capables de rédiger, de comprendre, d'interpréter voire d'enseigner la constitution est en soi une faiblesse. En effet cela écarte le reste du peuple qui n'a plus qu'à faire confiance aux experts qu'il a choisis.
    On en revient au point de départ : risque d'abus de droit.
    Les représentants du peuple, les députés et sénateurs (une autre catégorie d'experts) ont bien voté pour changer la constitution au profit du quinquennat et donner tous les pouvoirs au président de la République pendant 5 ans !

    Le peuple ne peut pas éviter de désigner des experts MAIS il doit garder le dernier mot et pouvoir l'exprimer. C'est la raison pour laquelle, le peuple doit pouvoir voter régulièrement pour sanctionner lesdits experts. Si les choix du peuple nous dirigent tous vers le mur, l'important est qu'il reste souverain parce que la meilleure façon de progresser est d'apprendre de ses erreurs.

    Commençons donc par rajouter de la démocratie directe, votation citoyenne, élections intermédiaires, au risque de rendre la vie démocratique instable.
    Engageons une réflexion sur le système électoral du président de la République et des députés. Notre système actuel a permis aux 2 derniers présidents d'être élu PAR DEFAUT !!!

    Commençons donc à mettre de la démocratie dans le mouvement des gilets jaunes. Il faut choisir démocratiquement nos revendications, nos experts, nos portes-paroles. Pourquoi pas pour que les Gilets Jaunes se constituent….

    A ceux qui prennent la peine de me lire, merci ! Mais je m’enrichis toujours dans les débats, donc n'hésitez pas de donner votre avis.

  17. Aujourd'hui, ils s'en tapent de la constitution, ils s'assoient dessus et le peuple à bien du mal à se faire entendre

  18. Je souhaiterais une chaine avec que des vidéos comme ça !!
    ça se partage bien, les gens sont pas sur leurs aprioris, c'est concret. Que du bon !!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *